coeuretsanteantibes
                                                                                                                              Sous le patronage du professeur de cardiologie  P. GIBELIN (CHU Pasteur Nice)
                                                                                                                                                                                                               Président de l'Association Régionale de Cardiologie Côte D'Azur
                                                                                                                                                                                             avec le parrainage du docteur L. JACQ (CH Antibes-Juan-les-Pins)
                        
LA REINSERTION PAR LE SPORT

 
De nombreuses études ont démontré qu’un entraînement physique bien conduit chez tout sujet, qu’il soit cardiaque ou non, permet non seulement d’améliorer l’apport d’oxygène au muscle cardiaque mais aussi de diminuer ses besoins en oxygène au cours d’un effort. C’est pourquoi la réinsertion socio-professionnelle et  familiale d’un cardiaque, opéré ou non, est d’autant meilleure qu’une réadaptation aux activités physiques a été entreprise précocement et menée progressivement. Cette réadaptation comporte trois phases :

LA PHASE  I   :

Elle se déroule en milieu hospitalier. Elle a pour but d'éviter les méfaits d'un alitement plus ou moins prolongé

LA PHASE  II  :

Elle est menée le plus souvent en maison de convalescence sous surveillance médicale, mais parfois à domicile sous contrôle d'un moniteur spécialisé.
Elle se situe entre la deuxième et la quatrième semaine après l'accident cardiaque ou l'intervention chirurgicale.


LA PHASE III  :

C’est elle qui est prise en charge par les Clubs « Cœur et Santé ». Elle consiste à maintenir, voire améliorer encore, les résultats obtenus précédemment. Cette phase est d’autant plus importante qu’elle s’adresse à des sujets qui, heureux d’avoir surmonté cet accident cardiaque et retrouvé leur ambiance familiale habituelle, ont repris une vie sensiblement normale et ne comprennent pas toujours l’intérêt de se soumettre régulièrement à une activité physique. Et pourtant toutes les statistiques confirment le bénéfice réel qu’il est possible d’attendre d’un entraînement régulier.